PRENDRE SOIN : LES T-SHIRTS



BIEN CHOISIR SON T-SHIRT ?

Vous êtes de plus en plus nombreu.x.ses à vouloir choisir un T-shirt durable,

respectant l’environnement, les droits sociaux. Bravo !

Mais comment reconnaître ce qui fait sa qualité et sa robustesse ?

Nos conseils pour s’y retrouver :

. Fibres

> Préférer les matières naturelles : lin, chanvre, coton, notre trio champion (ou en laine fine pour l’hiver !) à combiner avec les labels, bio de préférence pour le coton !

Car le coton conventionnel est très gourmand en eau et pesticides.

> Fibres artificielles : la viscose - même de bambou - est une fibre énergivore, utilisant des produits chimiques toxiques et beaucoup d’eau.

Les fibres synthétiques, même si elles peuvent sembler pratiques, retiennent davantage les odeurs & libèrent à l’usage des milliards de micro-plastiques, qui contribuent à hauteur de 50% à la pollution des océans et de la chaîne alimentaire.

> Mention spéciale pour le lin français : respect de l’environnement, conditions de travail et production locale.

. Labels & style

> Les labels n’ont pas tous les mêmes priorités.

Notre conseil : vérifier que le ou les label(s) couvrent l’ensemble de la filière de production et transformation. Inutile d’avoir un label coton écologique si la teinture ne l’est pas, ou seulement 30% du coton qui est « bio »…

> vérifier l’écoconception, l’éthique de la marque & préférer des marques engagées, dans la transparence de leurs processus de fabrication,

> Le T-shirt le plus responsable est celui qu’on a déjà !

Les plus à rechercher : la versatilité de son usage, cool avec un jean, jupe, ou veste.

. Finitions

> Scruter les détails : coutures ou double couture & bandes de propreté, tenue du col, surjet plaqué & Cousu. Tous ces détails sont gage de robustesse.

> Toucher, faire confiance à l’épaisseur de la maille et à sa densité.


RÉPARER SON T-SHIRT

On possède tous un T-shirt fétiche, que nos amis reconnaissent en s’exclamant « encore !? ». Et on peste quand l’usure, une tache ou un accroc surviennent.

Pas de panique ! On peut le réparer et même en profiter pour le customiser.

Nos conseils :

. Observer la matière :

> éviter de mélanger les matières : sur du coton ou du lin utiliser du coton (on ne trouve pas encore de fils de lin pour cet usage), laine sur laine pour un t-shirt en laine.

> pour les patchs (selon les dégâts) préférer une pièce en maille (t-shirt à upcycler), pour l’élasticité, de même épaisseur.

. Points à respecter

> observer la zone à traiter pour choisir comment réparer : opter pour une broderie créative sur une encolure ou des bords usés, ou un patch si l’accroc est un peu étendu.

> « stopper » les dégâts, en réalisant un point avant tout autour de la zone à réparer, (sans trop serrer)

> faire une réparation qui déborde bien la zone en cause, pour sécuriser

> point avant, de chaînette ou grébiche, on découvre les points de broderie créative (nos tutos à la une /IG).

. Valeur ajoutée, c’est :

> bon marché et en portant un vêtement plus longtemps on amortit son empreinte écologique

> respectueux du vivant : on préserve & transmet des pratiques ancestrales pour 1 planète + vivable

> inspirant : oser créer et s’aventurer hors de sa zone de confort

> customiser et singulariser = du sur-mesure abordable !

> révolutionnaire : en portant ses valeurs comme un étendard, on sensibilise & on donne envie aux autres de nous suivre.



BIEN ENTRETENIR SON T-SHIRT

Qu’il soit l’indispensable & intemporel t-shirt blanc immaculé, un « collector » ou celui de tous les jours, l’entretien d’un T-shirt compte pour le porter longtemps, préserver son aspect ET limiter son impact sur l’environnement.

Ce qu’il faut savoir

Lavage : moins c’est mieux ! Laver, c’est user Laver, c’est polluer !

> laver le moins possible, avec des programmes utilisant le moins d’eau, de détergent, d’énergie : 30° c’est suffisant, ou un programme « éco » qui bien que plus long consomme moins d’énergie.

. Séparer les couleurs claires et le blanc : mieux vaut prévenir que guérir !

. À l’envers, pour éviter bouloches et décoloration

> Plus on en prend soin, plus on s’y attache, moins on en fait un déchet prématuré

Composition : scruter l’étiquette

> Respecter les consignes de lavage, séchage (préférer le séchage à l’air libre), et en limitant la vitesse d’essorage pour réduire le besoin de repassage.

> LES MICROPLASTIQUES (visibles photo 2) contenus dans les fibres synthétiques, en particulier les vêtements de sport, sont la source majeure de pollution des 🌊océans et de la chaîne alimentaire : l’équivalent de 50 milliards/an de bouteilles en plastique !

> Equiper sa machine d’un filtre = jusqu'à 90% des particules de plastique capturées à chaque lavage, selon les modèles.

En cas de tache : agir tout de suite !

> S'il est 100% coton, on peut opter pour le percarbonate de soude pour le blanchir - proscrire la javel, ou autres produits toxiques et non biodégradables.

> avant de laver mouiller à l'eau froide + savon de Marseille sur la tache, frotter délicatement, puis laver normalement,

Les taches de fruit ou colorés (thé, café) se traitent avec de l’acide citrique (ou jus de citron).


Au final, quand on ne porte plus un t-shirt, on n'oublie pas de le remettre en circulation : la seconde main, ou le don entre proches pour qu'il puisse être porté à nouveau s'il est en bon état, le dépôt dans un point de collecte pour qu'il soit valorisé ou recyclé en dernier lieu.


Articles publiés sur notre compte @good_gang_paris pendant notre Fashion Open Studio, retrouvez-y notre actualité !


Merci à nos partenaires pour leur soutien @electroluxfrance @fashionopenstudio @fash_rev_france @fash_rev

pour leurs matières @wearelinen @jtoulemonde

pour leur accueil de nos événements @academieduclimat@lamaisonduzerodechet